Imprimer cette page

Université de Nantes

Mercredi 23 février 2011, à Nantes,

Débat organisé à la faculté de droit et sciences politiques, par l'Université de Nantes.

 

Profil des participants:

8 étudiants du Master 2 Droit de l'environnement et développement durable.

 

Parti pris de restreindre le champ du débat à Nantes la plupart du temps, puisque la majorité des participants sont arrivés en Loire-Atlantique récemment.

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Le club de Football de la ville a perdu de son rayonnement à la suite de mauvais résultats. Les participants considèrent qu'il s'agit d'une perte de richesse pour la ville. Au plan national, elle est moins visible, particulièrement et sur le plan économique, elle bénéficie moins des retombées du football (retransmission des matchs, produits dérivés, « tourisme footballistique...). Il s'agit d'une perte de richesse au niveau des investissements (stade, centre de formation), et du dynamisme. Les chantiers navals de Nantes ont également été perdus, ce qui signifie une grande partie des emplois et du savoir-faire.

Concernant la région, on peut dire qu'elle semble être sans identité historique et culturelle. Nantes, qui pourtant est une ville culturellement dynamique ne semble pas réussir à transmettre cette identité. De plus, il est difficile de s'identifier à la région. On a la sensation qu'elle a été construite artificiellement et que les départements n'ont pas d'histoire commune, ce qui pose problème pour distinguer un avenir commun. Coincée entre la Bretagne et la Vendée, deux zones qui possèdent une identité forte, et un rayonnement culturel plus important, on a l'impression que la Loire Atlantique (et a fortiori les Pays de la Loire) ne trouve pas son identité.
(Débat sur Nantes en Bretagne ou non …)

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Aujourd'hui, Nantes pourra-t-elle rayonner ? Ces vingt dernières années, il semble qu'on assiste à une sorte de modernisation de la ville au niveau culturel, qui s'exporte nettement plus. Il s'agit d'une ville où les habitants possèdent un très bon confort de vie. Les transports en commun sont très bien organisés, seul le prix pourrait éventuellement poser problème. Le tram particulièrement passe très souvent, et permet aux étudiants de se déplacer très aisément. Sur un plan national, la ville très bien située géographiquement, il est très facile d'aller à Paris, mais également de se rapprocher du littoral. Les vignobles sont également proches.

Il faut également souligner la richesse humaine de cette ville. La population est jeune, souvent étudiante et par conséquent très souvent brassée par les départs d'étudiants diplômés, et l'arrivée de nouveaux candidats. Il s'agit d'une ville à taille humaine pour des gens de notre âge. Il faudrait mettre en place un calcul des étudiants qui restent sur Nantes après la fin des études : taux de séduction de la ville (bien entendu, les contraintes pratiques ne nous échappent pas). Par contre, en visitant certains quartiers de Nantes, on peut avoir l'impression d'une ville qui repousse sur l’extérieur les populations plus pauvres qu’elle ne veut pas dans les centres historiques.

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

A noter également qu'à Nantes, on a préservé le patrimoine industriel et artisanal : machines de l’île, grands parcs, lu, BN, produit gastronomiques. Le capital naturel de la ville est mis en valeur, les grands parcs constituent une richesse de la ville de Nantes.
La volonté de développement Nantes St Nazaire peut également être considérée comme une richesse de la région (surtout si elle est reprise dans des actes décisionnels).

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

Nous décidons de traiter les trois questions en même temps et également de nous poser la question de ce que nous ne voulons pas transmettre :


Ce qui manquerait si cela venait à disparaître:
Le confort de vie
Absence de voiture dans le centre-ville
Identité culturelle au travers du sport essentiellement

Ce qu’on ne veut pas léguer :
La qualité de l’eau des fleuves
L’architecture de la fac de droit
La gare
Le palais de justice