Imprimer cette page

Témoignage de Geneviève RIVOIRE - Soulaire et Bourg-

Geneviève RIVOIRE, habitante de Soulaire et Bourg, commune du Maine et Loire, sur le débat du mardi 8 mars 2011 qui s'est tenu dans le village de Bourg.

 

Bourg est un village d’environ 400 habitants situé dans  une  commune du Maine et Loire : Soulaire et Bourg qui en compte 1300. Une habitante, Geneviève Rivoire, a décidé d’organiser un débat dans le village, afin de discuter entre voisins de « ce qui compte le plus ». Le débat a eu lieu le mardi 8 mars 2011, avec 16 personnes et l’organisatrice nous fait part de son témoignage.

1/ Qu’est-ce qui vous a plu dans le projet « Nouveaux Indicateurs de Richesses en Pays de la Loire » ? Pourquoi avoir voulu tenter l’expérience ?

« Je suis expert à la commission spécialisée d’évaluation des Pays de la Loire et de par cette fonction, j’ai été sollicitée par la Région pour animer des débats dans le cadre du projet. Mais en parallèle, d’un point de vue personnel, il y a longtemps que j’ai de l’intérêt pour les indicateurs alternatifs et j’ai suivi, entre autres, les travaux de Patrick Viveret. La révision de la notion de richesse et la création de nouveaux instruments de mesures sont des thèmes qui m’intéressent.»

2/ Est-ce que ça a été compliqué d’organiser le débat ?

« Non, cela c’est fait facilement. Nous faisons régulièrement des réunions entre voisins à Bourg, pour discuter et nous rencontrer. C’est ainsi que j’ai eu l’occasion de parler à une dizaine de personnes de ce que fait la Région sur les indicateurs de richesses. Le projet les a énormément intéressées. C’est à partir de cette pré-information qu’est venue l’idée de faire une rencontre plus large. Par la suite, ça n’a pas été compliqué de mobiliser les gens : la communication s’est surtout faite par le « bouche à oreille » et quelques affichettes disposées à la salle de réunion du village.

En amont, j’avais assisté à une réunion d’information pour les futurs animateurs avec Philippe Piau et tous les outils nécessaires avaient été mis à ma disposition. Les documents fournis sont d’ailleurs très bien faits et facilitent l’organisation du débat.

Concernant le déroulement de l’évènement, nous n’avons pas eu de problèmes spécifiques. La rencontre a duré 2h30 et a commencé par une demi-heure d’explication, ce qui a permis de mieux se plonger dans la réflexion. Nous nous étions séparés en deux groupes, menés chacun par un animateur et les échanges ont été fructueux. Chacun a pris le temps d’écouter l’autre parler, et rien que ce souci de convivialité et de respect représente pour moi une richesse essentielle. »

3/Quel bilan tirez-vous de cette expérience ?

« Les participants ont été très intéressés par cette discussion en commun et très motivés sur le fond. Bourg est composé d’une population plutôt rurale (même si certains travaillent en ville) qui est très attachée à la terre, à la planète et à la convivialité. Ces personnes ont vite été sensibles aux questions posées et à l’enjeu du projet. Un des premiers retours a été la satisfaction d’avoir pris le temps d’échanger avec ses voisins, d’avoir découvert que nous partagions plusieurs idées sur cette notion de richesse et sur ce que nous voulons conserver pour l’avenir. D’ailleurs, lors de la restitution en commun, une personne a émis l’idée de faire des réunions de ce genre tous les mois, afin de discuter de ce qui compte vraiment. Dans ce monde actuel, pouvoir s’asseoir et parler avec son voisin de ces sujets est quelque chose d’important. Nous avons constaté une réelle envie d’échanger sur l’avenir.

De plus, c’est motivant de savoir que ce débat est inclus dans un ensemble, que nous seront informés et sollicités dans les étapes suivantes, pour aller jusqu’aux indicateurs. Les participants ont pris ce débat très au sérieux et veulent être tenus au courant de la suite.

Pour finir, nous sommes en train de réfléchir à l’organisation d’un second débat, suite à une demande de la part de personnes n’ayant pas pu être présentes et qui souhaitent pouvoir participer, elles aussi, au débat. »