Imprimer cette page

Solidarités Ecologie

Lundi 28 mars 2011, à La Chapelle sur Erdre (44),

Débat organisé par l'association Solidarités Ecologie.

 

Profil des participants:

18 personnes, dont des retraités (anciens ouvriers et anciens agriculteurs) et des actifs (enseignants, fonction publique, travailleurs sociaux) venant des secteur recherche et secteur agricole. Femmes et hommes de 50 à 70 ans.

 

Groupe 1:

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Diversité des espèces (surtout flore)
Rivières où l'on pouvait pêcher, se baigner qui sont extrêmement polluées aujourd'hui (pesticides)
Qualité des paysages (plastiques sur les plages…)
Du travail pour tous
Des contacts humains remplacés maintenant par des machines (message préenregistré)
Perte d'espace (horizon rétréci : densification – place aux voitures...)
Liberté de circulation (on pouvait rentrer dans les champs... - cueillette …)
Moins d'envie de changer le monde
Plus de dépendance aux choses matérielles.
Perte de liberté (règlementations), de possibilité d'être autonomes pour les jeunes, vie moins chère
Rivages côtiers naturels, trop bétonnés aujourd'hui

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Grand patrimoine collectif : routes, équipements, écoles, ...
Propriété individuelle plus accessible, confort plus grand (lave-linge…)
Logement plus grand
Avancées dans la connaissance
Accès a la culture et au divertissement: salles de spectacles plus nombreuses...
Abondance (l'eau sous pression disponible partout) qui engendre aussi le gaspillage
Allongement de l'espérance de vie
Développement des moyens de communication (internet - téléphone) ce qui permet le maintien des liens malgré la distance
Capacité de se déplacer facilement et loin

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Monuments historiques
Nature dans les Parcs nationaux et régionaux
Vie associative
Les liens familiaux malgré l'évolution de la famille (éclatement, distances..)
Fêtes diverses et variées

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

Le lien social
La solidarité
La reconnaissance: que chacun trouve sa place dans la société
La famille
L'éducation en particulier au sens critique et a la capacité d'analyse
La maîtrise de son temps
La Liberté
La qualité de l'environnement naturel
La Santé
La capacité d'indignation

  • Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

Le lien social
La Santé a tous les âges
L'ouverture sur le monde
les diversités des cultures
La diversité biologique (insectes, abeilles...)
Les avancées dans les connaissances fondamentales non finalisées vers l'économie
La création artistique
le sens de la gratuité
L'envie de participer au progrès de la vie humaine

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

L'entraide et le sens de la solidarité
Se sentir capable de s'adapter aux changements de situation
Rester citoyen plutôt qu'individu
Avoir confiance en soi et en l'homme, être optimiste
Croire qu'on peut changer individuellement et collectivement les choses
Le respect des autres et de la nature
Une terre nourricière  à reconstituer
Apprendre le détachement du matériel, la sobriété
Apprendre à se sentir appartenir à une espèce, en symbiose..
La richesse c'est la somme du travail collectif pour la société
Le sens du travail en tant que participation à la création de la richesse de la société  qui nous donne aussi le droit de bénéficier des fruits de cette richesse


Les grands thèmes de richesses qui ressortent des débats (pour aujourd’hui, pour demain) :


-solidarité
-respect de la nature
-diversité culturelle
-éducation
-sens du collectif


Groupe 2:

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Certaines matières premières : ardoise, fer, étain, chaux, charbon
De l’activité industrielle (métallurgie, fonderie, construction navale, même s’il en reste encore à saint Nazaire)
Le travail manuel : on appréciait beaucoup un bon ajusteur, un bon chaudronnier, on n’en trouve plus
Des savoir-faire : on a perdu beaucoup de savoir-faire (au pluriel), que ce soit dans l’industrie, l’artisanat, l’agriculture. Maintenant des jeunes qui s’installent en agriculture ont besoin d’apprendre encore beaucoup sur le tas. Dans le monde agricole, artisan, dans la cuisine : l’ouvrier pose, il ne fait plus. Avant, dans les métiers manuels, il fallait constamment réfléchir, calculer, prendre des cotes ; maintenant ce n’est plus aussi intéressant.
Le monde agricole a disparu sérieusement : beaucoup moins de fermes, perdu beaucoup d’emplois agricoles
On a perdu un certain équilibre sur le territoire, on a perdu un monde à taille humaine, la commune de La Chapelle par exemple faisait 2000 habitants, on se connaissait (maintenant 17 000). On a maintenant une dépopulation en rural et une surpopulation en urbain.
On a perdu des sols et de l’eau sans pollution
La Bretagne…
On a perdu la lecture de l’environnement, des saisons, on a été coupés de nos racines, la terre, on a perdu des repères, des racines, des contacts. Perdu les liens avec la nature, on était beaucoup plus nombreux à vivre à la campagne, à avoir des liens avec la nature.
On a perdu le respect du rythme biologique de l’individu, on a perdu le respect des équilibres biologiques, le respect de la vie privée. On était plus en phase avec le respect du rythme biologique de l’individu.
On a perdu une certaine tranquillité dans la vie de travail et dans la vie tout court, on n’avait pas de stress comme aujourd’hui.
Des règles de conventions collectives dans le travail
Souci de garder, de réparer, sens de l’économie
Beaucoup de services administratifs de proximité (poste, hôpitaux…)
Nourriture saine, environnement sain
Espoir d’un avenir paisible pour nos enfants et petits-enfants
Contacts humains, convivialité : on en a de moins en moins, on ne pense pas à un ensemble d’individus. Avant on pouvait frapper à la porte d’un voisin pour demander une denrée, maintenant il y a beaucoup moins de contacts entre voisins.
Soirées, veillées, festivités globales (sportives, écoles…)
Richesse des échanges au niveau humain, entraide (dans la famille, dans le monde agricole..), dons. Ex quand il y avait un incendie dans une exploitation, tous aidaient et donnaient pour dépanner. Maintenant ça a disparu car on a mis des outils à la place : les assurances.
Qualité de l’éducation et de l’instruction scolaire de base
Temps disponible

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Tramway
Le rapprochement des petites communes de la ville (transports en commun)
Promenade le long du Gesvres, le sentier de la Gasherie (le long de l’Erdre)
De nombreux randonneurs
Des crêches
Médicaments, prolongement de la vie
Médecins et pharmacies de proximité
Des richesses matérielles, le confort des maisons, l’eau du robinet, les appareils ménagers (machine à laver le linge, réfrigérateur)
L’informatique
Des moyens de communication : téléphone, internet
Des idées d’économies d’énergie
Mélange et mixité de populations avec l’arrivée de nouvelles personnes sur la commune (cultures différentes issues de l'immigration)
Accès à la formation
Possibilité de voyager
Richesses culturelles : cinéma, musées, expos, théâtre…
Accès à la connaissance quasi infini par internet
Ouverture spirituelle
Esprit plus critique

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

L’eau (même si ce n’est plus la même qualité)
On a pu recréer une certaine vie collective, le monde associatif s’est développé : multiplicité d’associations, de bénévoles
L’engagement (mais chez les  jeunes ??? Autres formes ?)
La famille : pour certains elle est préservée, pour d’autres elle ne l’est pas (beaucoup d’enfants adultes ne viennent pas voir leurs parents âgés ; on a perdu la notion de famille élargie : cousins…)
Certaines solidarités (organisées en associations)
Beauté de certains paysages
L’habitat encore assez convivial
L’accès aux soins, la sécurité sociale
Le SMIC

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

Liberté, égalité, fraternité
Avoir de quoi vivre : un revenu et un logement décents ; la garantie de ressources
La protection de la nature, le soin de l’environnement, l’état correct de l’eau, de l’air, une alimentation saine
L’accès à l’éducation pas payante, aux soins, à un emploi, aux cultures
Une agriculture préservée (sans pesticides), une meilleure transformation des produits (meilleure qualité)
Le mélange des générations, des cultures
Être bien gouvernés, la démocratie ; avoir de vrais débats démocratiques
La solidarité, la convivialité
Le partage des richesses ; une société de bien vivre pour tous
La santé, la couverture sociale
L’esprit critique, la liberté de pensée et donc un certain niveau d’éducation
L’ouverture spirituelle, un élargissement de nos consciences, la sagesse

  • Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

Le respect de l’homme
La démocratie, le droit de vote
La solidarité
Les terres agricoles, en particulier celles de notre dame des landes !
L’amour de la nature, sa préservation
La diversité : biodiversité, diversité culturelle, l’ouverture sur le monde
L’esprit critique, l’éducation
Le lien social
De quoi se nourrir, se loger
L’épanouissement par l’activité, le travail, l’intégration dans la société

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Ne pas refaire les erreurs que nous avons faites (ex : agriculture intensive, nucléaire, pollutions…)
Sens du partage
Souci de la santé de la planète
Du rêve, des projets
La lutte, l’espoir, la combativité, l’indignation et l’engagement, l’esprit de résistance
L’esprit critique, l’autonomie de pensée
La tolérance, le respect des individus
L’envie de changer
Un travail à dimension humaine
L’altruisme, le sens du collectif, du partage
Le sens de ses responsabilités
L’amour : entre les hommes, dans la famille, de la nature. Sans l’amour il n’y a plus rien.
La connaissance de la psychologie humaine pour mieux vivre ensemble
Le sens de l’équilibre dans la vie
La joie de vivre


Les grands thèmes de richesses qui ressortent des débats (pour aujourd’hui, pour demain) :

Solidarité
Souci de la nature, équilibre
Ouverture
Éducation, esprit critique
Monde à taille humaine, relationnel