Imprimer cette page

Mairie de Sainte-Luce-sur-Loire

Lundi 4 avril 2011, à Sainte-Luce-sur-Loire (44),

Débat public organisé par la mairie (Agenda 21) lors d'un café citoyen.


Profil des participants:

25 personnes, citoyens et habitants de Sainte-Luce.

 

Quelles sont les richesse que nous avions et que nous n'avons plus en Pays de la Loire ?

« le temps »

« l'échange entre génération, la transmission »

« l'insouciance, mais ceci est sans doute lié à notre âge »

« la qualité de la nourriture »

« la proximité de la nature »

« la qualité de l'eau, des fleuves de la mer »

« la notion de richesse par rapport à la famille (rôle de noyau familial) »

« le temps de la réflexion, le temps pour réfléchir, prendre du recul »

« la qualité de l'air, de l'eau, des sols, avec tout ce qu'on a mis dedans, 100 000 molécules et on ne sait pas ce que ça devient après. (citation de tchernobyl de la CRIIRAD) ; la convivialité avec l'individualisme : ce n'est pas un jugement mais l'idée est d'essayer de comprendre pourquoi cette individualisme »

« nous sommes devenus des citoyens consommateurs »

« avant il y avait moins de bureaucratie, d'encombrement, c'était simple. Il y a un indicateur pour ça, c'est l'entropie qui explique la dégradation de l'information. Le principe est le suivant. Avec la paperasserie on a 4, 5 documents différents : ça devient incompréhensible. Cite l'exemple d'EADS avec 2 chefs on voit que c'est le foutoir (Log 2). Quand on a une info précise OUI / NON ça fait Log 1 et c'est beaucoup plus clair »

« on avait des valeurs plus affirmées : c'est bien / c'est pas bien ; on pouvait s'opposer, on avait des repères »

« plus de liberté, moins de peur, on avait moins d'assurances en tout genre ; on était libre, on a peur de tout ; tout fait peur »

« on avait un plus fort besoin de rapprochement avec les autres, on se syndiquait, on organisait des trucs dans les quartiers, des choses fortes... »

« on a gagné en occupation de l'espace, on peut se déplacer ; ça a aussi des conséquences » « au nievau des jardins et de la culture, j'ai connu la campagne de ma jeunesse qui était moins propre à l'oeil, les déchets trainaient ; on peut pas généraliser, on est dans le ressenti ; il y a 60 ans dans les campagnes de la région nantaise, on avait le purin qui s'écoule à côté du puit  ; il ne faut pas avoir qu'un vision idyllique »

« La qualité de la nourriture : on mangeait pas de Mac Do ou de conserves »

« Sur la question de la communication, chacun y met des choses différentes »

« On avait plus de repères : une famille plus stable »

« La liberté  : a toujours un côté positif et négatif » « Dans les transports en commun dans ma jeunesse à Nantes si quelqu'un parlait fort... maintenant on se parle plus »

« on peut pas isoler le fait qu'on mangeait mieux dans l'enfance ; même en ville on avait un jardin, les femmes travaillaient moins faisaient plus de cuisine ; on n'a pas les mêmes repères »


  • Quelles sont les richesses que nous avons aujourd'hui et que nous n'avions pas auparavant en Pays de la Loire ?

« internet, une ouverture sur le monde, un accès au savoir » « c'est le pire des fléaux »

« l'allongement de l'espérance de vie en forme »

« le confort global, le chauffage, l'électricité, la santé, les médicaments »

« la contraception, la pilule, la formation pour les femmes, un meilleur épanouissement »

« la liberté, l'éducation, la santé, la culture »

« les soins, la recherche sur les maladies orphelines, la recherche, les programmes médicaux »

« téléphone, internet, c'est aussi un esclavage »

« une qualité de vie préservée »

« l'amélioration des logements, l'eau courante, la suppression des grandes barres d'immeuble qu'on voit pas comme à Paris »

« on est bien dans notre ville quand-même, on a tout pour être heureux ici » « on est jamais content »

« lors des 30 glorieuses qu'on le veuille ou non, chacun avait sa place ; actuellement il y a une grande catégorie de gens exclus. Les gens ne se posent pas la question est-ce que je suis utile ou non . Il y avait 4% de chômeurs ; le chômage c'est le cancer de notre société » « l'importance d'avoir une relation au travail, d'avoir une place reconnue socialement ». « les gens étaient liés même dans les conflits »

« on avait très peu d'exclus, de clochards »

« avec un certificat d'étude, c'est plus possible à cause du nivellement par le haut »

« même avec le bac on ne trouve plus rien »

« la confiance dans le progrès c'est fini, c'est le doute qui s'est installé ; on allait vers des lendemains qui chantent »

« une soirée comme celle-là prouve qu'on est encore capable de faire des choses ensemble »

L'AVENIR

  • Qu'est-ce qui compte le plus ?

« Conserver cette notion d'intérêt collectif qui n'est surtout pas la somme des intérêts individuels »

« Garder la capacité à s'indigner et à s'engager »

« la liberté d'expression »

« le mouvement pour les retraites : ah ben oui, on n'a pas tout perdu »

« un tramway direct sainte-luce / nantes / bellevue »

« le logement vient avant le travail »

« c'est les fondamentaux : manger, boire, dormir »

« la protection sociale »

« les acquis sociaux »

« la scolarité gratuite »

« l'éducation »

« la retraite »

« les congés payés »

« que ceux qui travaillent payent pour ceux qui sont en retraite »

« avoir une retraite décente »

« notre bien être est lié au bien-être de la planète ; il y a des gens qui crèvent ; rien n'est partagé »

« j'ai plombé le débat »

« c'est ce qui permettra de rester en bonne santé »

« l'amélioration du niveau de bien-être mondial »

« l'aide au développement ; ils ont une structure pour ça au niveau de la Région ; quand il y avait eu le tremblement de terre à Haïti la Région avait envoyé des fonds »

  • Qu'est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

« la solidarité »

« la liberté d'expression »

« la démocratie »

« crainte d'une uniformisation de la société, de la perte de diversité, perte de la diversité biologique : on plante les mêmes espèces de blé ; uniformisation liée aux lois  ; l'importance des abeilles »

« laisser une nature vivable, un air respirable, ça demande de la vigilance tout ça »

« garder la diversité des langues c'est vachement important »

« Diversité dans la solidarité mais pas de communautarisme »

« Le métissage ne veut pas dire uniformité, uniformisation

« Il faut qu'on fasse le deuil de la culture de nos ancêtres : on en récupère les valeurs mais on ne garde pas les rites de nos ancêtres »

« toutes les valeurs de nos ancêtres n'étaient pas bonnes »

« c'est humain, on aime bien mettre les choses dans des petites boites »

« diversité, c'est métissage, je vous rejoins au niveau culturel »

« l'espoir, l'insouciance qu'on avait autrefois » « un projet d'avenir, on a besoin de quelque chose qui fédère, y a plus de repères »

  • Qu'est-ce que vous voulez transmettre ?

« pouvoir réaliser ce qu'on est : un monde fait pour l'homme ou chacun se respecte »

« revaloriser les métiers manuels ; depuis le temps qu'on en parle ... »

« des repères moraux à transmettre »

« quel niveau d'intervention de la famille ? Le logement apporte un peu de stabilité dans un monde qui s'en va partout »

« toutes ces familles recomposées »

« il y a d'autres valeurs qui se créent »

« maintenir, la capacité de réflexion des jeunes, les obliger à réfléchir ; maintenir cette capacité à s'émouvoir, ne pas tomber dans l'ignorance »

« l'éducation a le devoir de transmettre l'esprit critique et la socialisation des gens. On devra apprendre non pas la course individuelle mais en matière de développement intellectuel que la production intellectuelle passe par un enrichissement à plusieurs. On a tendance à individualiser la formation. Le monde moderne a besoin de gens qui travaillent ensemble, sinon on aura des conditions atroces »

Par rapport au cadre de vie qu'est-ce que vous voulez transmettre ?

« un environnement de qualité »

« un monde fait pour les hommes

« des classes moins chargées »

« des têtes bien faites plutôt que des têtes bien pleines »

« un épanouissement et non pas du bourrage de crâne »

« une éducation plus humaine »

« j'aimerai entendre des gens qui disent qu'ils sont bien au travail. Les jeunes ont pas trop envie de rentrer dedans ; c'est peut-être un espoir complètement loufoque ; la recherche d'emploi et tout ça c'est galère ; les jeunes ils sont pas respectés ; quand on entend parler certains du travail « j'ai plus que 5 ans à tirer » ; ça me chiffone vraiement ; mais qu'est-ce que peut faire le Conseil Régional ? »

« c'est la morosité ambiente »

« pour l'emploi, ça pourrait être tout le monde est son patron ; travailler sur les conditions des salariés qui pourraient se dire : je suis épanoui, je suis rémunéré convenablement, vivement le matin que j'aille au boulot »

« la transmission de valeur, l'éducation forme la personne, sa personnalité »

« la richesse qu'on veut transmettre : un environnement de qualité » « on pille notre Terre »

« continuer à boire l'eau du robinet »

« le silence »

« il y a 40 ans la différence c'est qu'on se projetait dans le futur ; vu tout ce qui nous tombe dessus, les 700 Milliards qu'on donne aux banques, la chape de plomb de plus en plus pesante, on a un sentiment d'impuissance ; transmettre ce cadre de vie... en quoi si on décide que cet argent va rembourser la dette... je suis gêné même vis-à-vis de mes propres enfants »

« question de la Région : ne pas raisonner la qualité de vie qu'en termes économiques ; il est aussi intéressant de faire remonter le sentiment d'impuissance »

« Idée qui existe déjà : les AMAPS » « on essaye de contrer le système des grandes surfaces »

« le mouvement coopératif  : le Conseil Régional devrait travailler sur la faisabilité du mouvement coopératif »

« au niveau de l'épargne ; avoir une épargne sans frontière, une épargne éthique »

« je crois pas au diable ou aux anges sur le méchant capitalisme, l'argent n'est pas en soi mauvais »

« problème de la répartition des revenus »

« Vis-à-vis du Conseil Régional : tout ce qui peut aller dans le sens du solaire, des énergies nouvelles, des nouveaux matériaux ; on est dans le concrets ; nos anciens on découvert des matériaux qu'on a squeezé avec le pétrole ; on va bien être obligé » « on va se trouver face à des lobbies, c'est un beau combat » « l'énergie, c'est obligé de revoir tout ça »