Imprimer cette page

NAS et Atlantique Hygiène

Mardi 1 mars 2011, à Nantes,

Débat organisé par les entreprises NAS et Atlantique Hygiène.

 

Profil des participants:

5 personnes, 1 femme et 4 hommes. 2 Gérants de PME : NAS représentée par Mr GRANDJOUAN et Atlantique hygiène représentée par Christophe SCOTTI+ 3 responsables.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

La circulation automobile (bouchon)

Le temps

Le temps en famille, (notamment le repas du soir qui permettait de partager) pour discuter en famille (trop de télé, de face book), pour éduquer, transmettre/acquérir la culture, d’assoir l’autorité (du père) maison, …

La qualité de l’éducation des enfants, la perte autorité des éducateurs

La liberté d’éduquer comme on veut

La perte de la notion de « devoirs » au profil de la notion de « droits » à faire valoir

Nous avons moins d’indépendance, de liberté, d’égalité, …

La perte de valeur du travail : «Avant avec un travail on avait de quoi vivre » « La fierté d’aller travailler »

La vie en société : le partage, les relations de voisinage, l’entraide, les fêtes conviviales, …

Le respect des gens : des anciens, des traditions (ex : dire bonjour)

La vie plus saine : alimentation

La santé

La simplicité

L’insécurité liée au manque d’entraide, à l’individualisme en cas d’agression (tout le monde baisse la tête mais plus personne ne s’interpose pour aider l’agressé)

La diversité de la faune : on voit moins d’oiseaux (hirondelles, moineaux domestiques, les abeilles, les civelles….), les nouvelles espèces (colonisation par les Ibis, les frelons asiatiques,...)

On a plus d’argent mais moins de pouvoir d’achats que nos parents au même âge (45/50 ans) : à cet âge nos parents avaient payé leur maison

Un environnement non pollué (par rapport à il y a 50 /100 ans)

La diminution du pétrole et les ressources naturelles

La suppression du service « militaire » en tant qu’apprentissage de la discipline, de l’éducation, ….

Le savoir faire, les « métiers »

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

La facilité d’accès à tout. Ex: à bouger, à communiquer (même si le groupe ne considère pas cela uniquement comme une richesse)

Le confort matériel

Les nouvelles technologies avec - ou malgré - ses dérives : Internet, TGV, …

Le droit de vote et l’égalité hommes / femmes

Les énergies renouvelables

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Le patrimoine architectural, le littoral, la Loire, …

Réflexion du groupe « Finalement, on  n‘a pas préservé grand-chose !!!! »

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

La famille et les amis

Le cadre de vie à l’environnement, la proximité avec la nature : la voir et la contempler,

Avoir la santé et rester en bonne santé

La sécurité sociale mais plus contrôlée pour éviter les abus

L’alimentation bonne et saine, le plaisir de bien manger

Etre heureux, le bien être

Le temps libre.

L’éducation familiale, nationale, (au sens des valeurs)…

L’entraide, les relations sociales.

La sexualité.

Un certain pouvoir d’achats.

Le pouvoir (au sens de la capacité)  d’entreprendre, la sauvegarde des PME.

Le bon sens et la simplicité (ex : en approximativement 30 ans le nombre de lignes du bulletin de salaire a été multiplié par 2 à 2,5 !).

  • Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

La liberté (réponse unanime!!)

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Une nature propre, une planète saine

Que la valeur du travail soit réellement reconnue, une meilleure répartition du travail, qu’on remette les gens au travail, un accès plus facile au travail, qu’on augmente l’inégalité de revenu entre ceux qui travaillent et les autres

Plus d’entraide

Plus de sécurité : qu’on puisse se promener sans avoir peur d’être agresser

Une bonne éducation

Pouvoir laisser un héritage aux enfants

La liberté

L’envie d’accéder à des vraies valeurs (ex stop au « benchdrinking »), une vie plus sociale (en opposition avec les jeux virtuels, ou les réseaux dits « sociaux »)

 

Les grands thèmes de richesses qui ressortent des débats (pour aujourd’hui, pour demain) :

L’éducation est la base de tout et donc la priorité

Restaurer la valeur du travail en supprimer «l’insécurité sociale des travailleurs du privé» comparativement à toutes les aides sociales possibles pour les sans emplois.