Imprimer cette page

MJC Saumur

Mardi 11 janvier 2011, à Saumur,

Débat organisé par la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) de Saumur.


Profil des participants:

19 personnes étaient présents.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Eau non polluée
Services publics de proximité
Biodiversité (cultures moins diversifiées)
Localement : production champignons de Paris
La diversité des entrées en agglomération.
Le respect des autres, sous différentes formes
Des services publics, plus nombreux, mieux répartis
Une diversité de paysages (cultures)
Une nature moins maitrisée
La Loire navigable
Le travail pour tous ou presque
La vie calme
Les petits commerces qui disparaissent
La CCI
Le tribunal
La solidarité, la place de l’homme dans son territoire : usager, garant, acteur, aménageur et préservateur (technique et usage)
la coopération plutôt que la concurrence
La culture traditionnelle, locale (musique et danse, cou……… )
ne me semble pas suffisamment présente et vivante par rapport à certaines régions. … cette culture populaire qui même les générations génère beaucoup de convivialité et d’attachement à un terroir.  La nature me semble parfois insuffisamment préservée.
Mobilité – transport en commun de ville en ville.
Diversité de paysages (cultures sous serres sont apparues)
Université protestante
Le respect vis-à-vis des personnes (provocations, dévisager, agression du regard)
Quasi plus de filières champignons
Plein emploi
Proximité = commerce, service, hôpital, sous-préfecture, caisse d’épargne…
La population = ex : Fontevraud (que pour des visites)
Qualité de l’eau- CCI
Perte de la navigation
Les solidarités rurales, citadines, de quartiers, place de l’homme aménageur, acteur de son territoire
Perte de l’expertise d’usage = coopération remplacée par concurrence
Moins de solidarité Familiale
Abords des villes, centre ville
Le plein emploi
La proximité
Que nous avons moins de villes petites et moyennes dans lesquelles catégories sociales, professionnelles et générationnelles se côtoyaient.
La concentration importante des services publics et privés de gestion, d’administration, de santé, d’éducation, etc… transforme petit à petit les paysages citadins.
Forte concentration dans les grandes agglomérations et désertification et vieillissement dans les milieux décentrés.

  • Quelle sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Développement des communications (transports, communications)
Développement des échanges culturels, de la créativité artistique, des pratiques artistiques
Des pistes cyclables
Une Loire sauvage
Des transports ferroviaires, automobiles (à améliorer)
Services aux personnes organisés  (remplace la solidarité familiale)
Une vie culturelle plus proche des citoyens.
Classement au patrimoine de l’U.N.E.S.C.O.
Reconnaissance du camp d’internement tzigane de Montreuil-Bellay
Des associations d’entraide telles que les S.E.L (service d’échange local), les AMAP (Ass. Pour le maintien de l’Agriculture Paysanne)
Internet (si bien utilisé)
Abbaye de Fontevraud rayonnante
La Casi 49 et la solidarité internationale.
L’accès à la connaissance, à la découverte, aux savoirs. La mobilité
Les pratiques artistiques
Évènements conviviaux (vendanges au château, carnavals pour tous (écoliers du privé, du public)
La levée (maison de la Loire à St Mathurin)
Maillage territorial
La Loire à vélo
Une Loire, des rivières mieux protégées et qui reprennent vie grâce à des activités de navigation ou de randonnée sur leurs rives

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Le fleuve et ses abords (patrimoine mondial)
La Loire
Des lieux d’expressions ouverts à tous
Un tissu associatif varié et développé
Le patrimoine construit, naturel, des animaux et les oiseaux, des fleurs spécifiques à la Loire, le bon vin (oui mais)
Le patrimoine est une des richesses, les troglodytes, les maisons en tuffeau
Une certaine qualité de la vie (malgré tout)
Une Loire encore relativement sauvage avec la nature
L’histoire, le patrimoine, la mémoire, l’art
Certains sites : La beauté des maisons anciennes  /  jolis villages en tuffeau… rénovation de monuments, Le maraichage / La faune et la flore = Loire
Une entreprise artisanale dans de nombreuses petites communes
Les associations culturelles – ex : MJC
Troglodytes  – caves
La douceur angevine
L’animation culturelle
Du lien social car la région des Pays de la Loire possède un réseau associatif historique très puissant et apportant beaucoup de richesse à l’organisation sociale.

  • Qu’est qui compte le plus pour nous ?

Bien vivre ensemble en respectant nos différences
Réussir à prendre nos différences comme une richesse
Trouver l’articulation entre enjeux environnementaux et activités humaines (rechercher l’harmonie)
Un fonctionnement de plus en plus démocratique
L’utilisation des ressources locales pour créer de nouvelles activités
Favoriser l’initiative locale plus celle qui préserve l’environnement
L’accès à la culture
Revaloriser l’être par rapport à l’avoir
favoriser l'initiative locale
L’indépendance
La liberté, le respect des autres, des autres cultures, des autres expressions /expériences
La justice, la formation, l’éducation, le travail
Les expressions, les rencontres, les échanges, les différences
L’humour
L’environnement
Le droit à la paresse
Les relations inter âges, la solidarité
Être respecté, être solidaires les uns les autres
La vie ensemble dans la société
Préservation au mieux de l’environnement
préserver la recherche publique
Les valeurs humaines, écologiques
Être de quelque part
La liberté de circuler ou d’accueillir l’autre
L’éducation / instruction
La richesse de la nature et les relations humaines
La liberté – les jeunes = quelles place …
S’instruire – l’écriture
Les Associations – vivre ensemble
Le toit  - le jardin – la famille – une culture propre – l’indépendance plutôt que le stéréotype.
Une image du Saumurois qui cristallise tout son potentiel
Tous ensembles sur la ligne d’arrivée
Développer les transports en commun
Les jeunes au même titre que les personnes âgées = solidarité  intergénérationnelle
Lieux … / citoyens – mandats trop nombreux
Possibilité de vivre sur le territoire de son choix
les acquis du conseil national de la résistance
que tout ne devienne pas monétaire
Ressources locales – nouvelles activités comme celles qui préservent l’environnement
L’emploi et les activités occupationnelles et plus particulièrement pour les moins de 25 ans
Le lien étroit entre élus et citoyens
La réduction des inégalités
La possibilité de vivre sur le territoire de son choix
D’accéder à des activités sportives et culturelles
De trouver des lieux d’écoute, de convivialité et de solidarité.
Des élus qui ne cherchent pas à duper par des promesses pour prendre le pouvoir

  • Qu’est ce qui serait le plus grave de perdre ?

Notre capacité à continuer à vivre sur le territoire en bonne santé (eau, air, énergie, activité)
Le début de fonctionnement démocratique
L’identité locale : ne pas devenir une région uniforme aux autres
Pour permettre d’être reconnu, perçu, ressorti
Ne pas faire de copier-coller de ce qui existe ailleurs
La qualité de vie, l’environnement
La langue
L’honnêteté
Un rôle pour chacun dans la société
Le mouvement associatif
L’ouverture d’esprit - La rencontre
Des élus compétents, formés, ouverts, disponibles
La solidarité, les châteaux et tout ce qui peut être ancien
L’école nationale d’équitation
Le sens de l’essentiel commun, avoir une société qui œuvre pour le bien commun
La liberté d’expression, de critique
L’ensemble des droits fondamentaux, à commencer par le droit à la vie
L’intérêt collectif / individualisme
Les capacités à faire, à décider, à résister, à entreprendre, à s’organiser
Les liens entre les habitants
Le savoir faire locaux : architecture – agriculture – artisanat – le cheval
La création
Les groupes d’animations culturelles
Le parler
Le libre arbitre
Le rire
La solidarité intergénérationnelle
Le mouvement associatif
La liberté des choix de vie

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

La diversité des cultures est une richesse
Nous sommes de la nature
Creuser les enjeux démocratiques
Des paysages, la douceur Angevine, la diversité
Des expériences passées qui expliquent pour faire des choix
des espoirs, des échecs, des essais, des axes à développer, des comparaisons, des différences
Redonner l’envie du parcours plutôt que de l’instantané
Que l’argent et le métier que l’on fait, ne doivent plus être aussi importants
Respect de la solidarité, être plus soudés
La solidarité, le sens du bien commun et la préservation de la nature
Le sens du respect de l’autre différent, le sens de l’honnêteté - intellectuelle en premier
Le droit de dire sa différence et de maudire l’intolérance
La force de l’indignation, de l’esprit critique tolérant
Les paysages
Les richesses humaines et morales
La mémoire  / histoire
La connaissance et le respect du milieu naturel
Un esprit critique face à ce que propose la société ou aux discours officiels / certains medias, etc…
L’envie de consommer local et de soutenir l’agriculture biologique
Le sens du respect de l’autre, tolérance, accepter la différence
Ce qui fait la qualité de vie : qualité du territoire, la terre, la Loire, patrimoine architectural, le maraichage, le passé culturel,
Ce qui fait la vie culturelle actuelle, Les monuments,  Asso. Musique, littérature, danses, arts plastiques, La vie sportive
Esprit critique / discours officiel
Les diversités / écolo
L’intérêt, le sérieux
La force de l’indignation, esprit critique
L’envie de s’exprimer et de faire
La tolérance
L’engagement, la participation, l’intérêt et le sérieux de chaque chose mais aussi le droit à la futilité
Consommer local et biologique
La non-violence
Créer une journée sans télé – sans portable – sans internet – Des rencontres de proximité