Imprimer cette page

MJC Saumur

Vendredi 4 février 2011, à Saumur,

Second débat organisé par la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) de Saumur.

 

Profil des participants:

12 personnes de tous âges, étant des salariés, des retraités, des étudiants ...

 

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Savoir faire rural et paysan. Il y avait d’anciens métiers (charron, maréchal…) donc aussi fin usage du cheval, etc…

Sens: Crise du sens donné à notre travail, nos actes (à part la performance) – (pas propre aux Pays de la Loire). L’École avait du sens.

Le folklore

Qualité de vie – Cadre géographique

Emploi ou activité pour tous. Les conditions de travail (exemple des caves à champignons) se sont dégradées. Conflits de travail - précarité du travail – non-emploi. Question : Comment mesurer la souffrance au travail ? ou surtout le bien-être au travail ?

Une santé plus autonome, plus naturelle

Vie de famille plus intense, moins éclatée

Les Bords de Loire (pas toujours accessibles). Le littoral aussi a été défiguré

Maintenant le ciel est encombré par des fumées « pas catholiques » (centrale nucléaire de Chinon/avoine)

L’abus de produits de consommation qui empêche le jugement et fait taire les gens (ils ont ce qu’ils veulent...)

Au niveau des possibilités « d’ascenseur social », en particulier pour les jeunes des quartiers populaires. Actuellement pas d’espoir.

Beaucoup plus difficiles de se sortir de conditions sociales difficiles

Une certaine connaissance du milieu naturel : la Loire (sa spécificité, sa faune, etc. …)

  • Quelle sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Développement technologique : TIC, Transports

Niveau de vie (semble) avoir augmenté

Une économie relocalisée (bio, circuits courts)

Énergies propres / renouvelables

Services aux personnes

Innovation / Recherche / Expérimentation

Ouverture sur l’extérieur. Ouverture sur International et Europe

Accès à la culture universelle

Un accès plus développé à la Culture

Plus de manifestations culturelles

Prise de conscience d’une qualité de vie et de son importance

Technologies modernes

Des communications performantes

identité régionale: 5 départements plus complémentaires : la Région mutualise

Dans la lignée du Fédéralisme : les provinces, les régions s’affirment.

La communication rapide entre les hommes (voies de communications améliorées – téléphone – internet)

Le développement des AMAP (en Maine et Loire) et plus particulièrement de produits issus de l’agriculture biologique (ou plus simplement de produits « naturels ») mais aussi développement de la vente directe du producteur au consommateur (Circuits courts)

La capacité à sortir de son terroir : la scolarisation a permis de s’extérioriser, d’être mobile  + le développement technologique: communications (transports) + internet…

Une certaine réduction des inégalités les plus criantes (conditions de travail dans les champignonnières opposées aux quartiers des « châteaux » ou en tout cas les plus visibles.)

Une qualité de vie plus « démocratisée » au moins jusqu’à présent

moins de différences entre ville et campagne, chez les Femmes.

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Art de vivre : savoir profiter de l’environnement, des relations humaines, d’une alimentation de qualité

Patrimoine riche et diversifié

des Patrimoines maintenant reconnus (label UNESCO)

Le cadre historique, le Patrimoine bati

L’émerveillement

Les relations humaines, le lien social

Les paysages

La gastronomie

La douceur angevine.

L’eau, la mer (même si le littoral a été défiguré (Donges – La Baule…)

Un climat tempéré

La beauté des lieux quelles que soient les détériorations produites par l’homme

beaucoup de création.

Identité / convivialité / Tranquillité de vie entre les gens en Pays de la Loire

Pour avoir vécu longtemps en région lyonnaise, là-bas, nous, habitants des Pays de la Loire, nous identifions aisément entre nous.

La Loire sauvage, beauté des paysages../La nature à Méron – mais jusqu’à quand ?

Les liens associatifs, la vie associative

  • Qu’est qui compte le plus pour nous ?

Qualité de vie : alimentation, ouverture à l’autre, ouverture culturelle

Dimension participative : possibilité de dialoguer dans l’univers professionnel, la vie de la cité

Émancipation, ouverture sur le monde, la formation, l’éducation, la culture, esprit critique, solidarité, entraide, égalité, bien être

Préserver la biodiversité. Mais attention à avoir un discours public qui corresponde aux actes : La biodiversité est dite dans le discours, mais ensuite quelle cohérence ?

Économie civilisée, solidaire, démocratisée

Santé, partage des richesses

Une économie civilisée.

Un Revenu décent

Un habitat satisfaisant.

Le partage des Richesses.

La construction d’une paix véritable et durable

Le lien associatif

Continuer à échanger, débattre sans arrière pensée.

Regarder et admirer cette belle région aux plages de Loire si attrayantes

La communication, les échanges entre les personnes tant dans le milieu familial, professionnel, associatif, loisirs, dans son quartier, entre voisins, etc… et entre milieux de cultures différentes. Mais aussi parfois le contraire  est observé: à Saumur des portes se sont fermées à des enfants d’autres milieux

Échange de savoir (solidarité)

La qualité de vie, La convivialité, la solidarité

La simplicité

L’égalité des chances, des conditions comparables pour avancer dans la vie, sur les questions d’éducation notamment

La réduction des inégalités sociales et économiques

La qualité de l’environnement naturel (air, paysage, eau non polluée…)

La solidarité intergénérationnelle vis-à-vis des jeunes plus particulièrement (emploi, salaires, reconnaissance…)

Tout ce qui contribue au mieux être de chacun et de tous

  • Qu’est ce qui serait le plus grave de perdre ?

La capacité à s’émerveiller.

Le soutien à la dynamique culturelle

La mesure du soutien à la dynamique culturelle serait un bon indicateur

Droit à l’expression publique

Il serait grave de perdre l’esprit de la loi 1901, la richesse et la créativité des associations. Le lien humain… L’Association loi 1901 - Attention, cepandant, le contenu est parfois  restreint, il y a parfois trompe l’œil, déviance

Le milieu associatif qui est mis à mal (par les politiques, par leur pouvoir financier) dans son fonctionnement par des soucis financiers alors qu’il génère une richesse humaine et créative

La Biodiversité

Le lien – s’enrichir des autres: la qualité des liens sociaux

Possibilité de créativité

Accès alimentation – locale – de qualité

L’accès au soin, à la culture, à l’activité

La géographie, l’environnement, le patrimoine qui est le nôtre

Le jugement que nous portons sur l’environnement

La sérénité, la capacité à vivre ensemble sans crainte. (non violence, confiance contact avec autrui, l’ouverture à l’autre...)

L’ouverture culturelle

L’accès à une production agricole, alimentaire locale

La capacité à lutter pour améliorer les conditions de vie sociales et économiques de tous

Sacrifier la nature à des besoins immédiats d’exploitation des ressources

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Fraternité : envie d’apporter du bonheur à partager

Le goût de l’utilité sociale : dans quelle mesure j’apporte au collectif et je profite du collectif (échange car réciprocité)

Respect de chacun, bien vivre ensemble

Biodiversité préservée

Ouverture

Tolérance

Non Violence

Sens de l’universel

Goût de l’utilité sociale

Garder la capacité à s’émerveiller.

La qualité de vie

L’espérance de vie (bonheur)

L’envie de créer

Égalité des chances

Échange de savoirs

Simplicité

Convivialité

La sagesse, la réflexion, le pouvoir de dire non, être capable de s’émerveiller

La richesse humaine non monnayable

Donner du sens à ce qu’on fait

Faire un métier avant tout dans lequel on voit ce qui a du sens, on s’épanouit, bien avant le côté financier

Les valeurs non nécessairement économiques

Entraide – qualité de vivre ensemble

La biodiversité ligérienne

Un sens fort de la solidarité proche et lointaine. Nombre de demandeurs d’Asile le plus important à Angers. Notre Région a le plus d’Associations de Solidarité.

une solidarité plus exigeante, plus approfondie (pour mesurer = chacun mesure autour de soi ses amis - pas au sens facebook)

Que ferons-nous des Réfugiés Climatiques ? Un statut pour les réfugiés climatiques?