Imprimer cette page

Lycée Nature

Mercredi 22 juin 2011, à la Roche-sur-Yon,

Débat mené dans une classe en formation adulte du Lycée Nature,

 

Profil des participants:

8 stagiaires en formation adultes, entre 20 et 40ans.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Céréales cherrios que l'on ne trouve plus dans le commerce, les espaces verts, les champs pour courir, l'insouciance des enfants, contact à la nature, on réfléchit moins localement, moins de proximité (les gens ne connaissent pas leurs voisins), plus d'urbanisation.

Satisfaction et reconnaissance au travail, soutien aux personnes âgées solidarité, militantisme : l'associatif, réelle dynamique de solidarité et de valeurs au sein des associations, respect entre les générations, insouciance face à l'avenir, les inquiétudes, les temps de vivre et de prendre plaisir, les possibilités dans nos vies de tous les jours, possibilité de « glander », de s'ennuyer, une réelle confiance vis à vis des institutions (santé, administration...), le droit à l'erreur, des réponses, le respect (nature et autrui), les ressources naturelles, des savoirs transmis, des belles plages et dunes, une qualité des eaux, la confiance, les non dits, les champs, le foncier, les traditions, les fêtes, les valeurs du mariage.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Émancipation de la femme, accessibilité à la connaissance, facilité de déplacement, ouverture des transports, possibilité de choix de vie, être acteur de notre vie, liberté sexuelle, nouvelles technologies, consommation de masse, plus de temps libre, temps des loisirs, accès à une culture plus riche, accès aux soins, meilleures conditions de travail, droit au travail.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Tradition gastronomique, savoir vivre à la française, valeurs familiales (différentes selon la géographie), religion, traditions du terroir, valorisation de notre département et de ses atouts (cadre de vie agréable).

 

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

Santé (formation, éducation …), liberté (expression, grève...), environnement sain et protégé, la paix, l'air que l'on respire, les besoins primaires (manger, boire, se loger), partage et respect, gentillesse, sourire, joie, politesse, valoriser les choses, alimentation saine et locale.

 

  • Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

La vie, le projet, l'envie, l'ambition, les perspectives d'évolution, croire en l'humanité, réfléchir, s'indigner, protester, la biodiversité, conserver le lien social.

 

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Terroir et traditions, respect de soi des autres et de la nature, apprendre à conserver un sphère privée, les libertés, notre histoire, esprit critique, les savoir-faire, manger et consommer simple, le goût du travail, valeurs.