Imprimer cette page

Lycée David d'Angers

Lundi 14 février 2011, à Angers,

Débat organisé par une professeur du lycée David d'Angers.

 

Profil des participants:

37 lycéens en terminale ES, entre 17 et 18ans.

 

Groupe 1:


  • Quelles sont les richesses que nous avions et que nous n'avons plus aujourd’hui en PDL ?

SOCIAL :

Evolution des structures entre acteurs de la société. Une région avec des villages se centralise sur les villes. A cause d'internet, de la téléphonie,, etc, on communique facilement avec les gens qu'on en devient moins proche d'eux concrètement. Éloignement général des gens entre eux.

Identique par rapport à la famille. C'est surtout vrai en centre ville car dans les campagnes il y a un accès plus limité aux nouvelles technologies.

Moins de contact intergénérationnel, exemple des maisons de retraite. On « place » des personnes âgées au lieu de s'en occuper. Ou exemple de la canicule : personnes âgées décédées seules chez elles. La solitude se développe.

 

CULTURE

Centralisation de la culture française sur Paris. Perte d'une partie du patrimoine des pays de la Loire.

Baisse dans le cinéma : moins de salles, moins de diversité des films.

Arrêt du festival Scoop.

Perte des dialectes locaux.

Au niveau de l'architecture : sur Angers, exemple du lac de Maine. Importance de garder ses racines.

Centralisation des œuvres d'art dans les grands musées Parisiens.

 

TRAVAIL :

Avant il y avait l'artisanat et de grandes entreprises qui ont fermées. Le grand ouest était plus dynamique. Aujourd’hui on a beaucoup perdu avec la centralisation sur Paris. Arrêt de la métallurgie pour les hautes technologies : il faut aussi prendre en compte l'évolution de la société.

L'industrie s'est appauvrie. Aujourd'hui cela crée moins de richesses.

 

  • Quelles sont les richesses que nous n'avions pas et que nous avons maintenant en PDL ?

Importance dans la culture. Budget en hausse. Angers budget accordé à la culture parmi les plus élevés en France.

Tourisme en hausse qui suit. Notamment grâce au développement de nouveaux moyens de transports. La région se développe pour briller à l'international.

La langue française s'est améliorée, meilleur accès à l'éducation.

D'avantage accès à l'information, notamment pour la formation, l'orientation.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Le vin et la gastronomie française.

Une partie de notre culture. Se pose le problème de la conscience du patrimoine, de la honte de l'histoire.

Education.

Grand ouest est un centre d'impulsion.

 

  • Qu'est ce qui serait le plus grave de perdre/ qu'est ce qui compte le plus ?

La famille,

Les amis,

la sécurité en général : paix.

Sa réputation, et son estime de soi.

la solidarité entre les gens.

La liberté de pensées comme de mouvement. Liberté de choix.

l'humanité

La culture et l'histoire.

Le respect qui résume tout ce qui est le plus grave de perdre, toute la vie en communauté. On n'a pas tous la même idée du respect.

Les valeurs créent la base de tout lien, de toute pensée, de toute conscience. Droits et devoirs qui permettent de vivre en société.

Le confort matériel : étant habitué à ce confort, il n'est plus supportable de le perdre. La personne qui est forcée de perdre le confort ne pourra pas le vivre bien, si elle ne l'a pas choisit.

 

  • Qu'est ce que vous voudriez transmettre à vos générations futures ?

Traditions : prendre le temps de manger ensemble, de partager des moments communs.

Des codes, des valeurs

Transmettre l'Art, la littérature, les œuvres : les grands classiques par exemple.

Porter des valeurs.

Ce qui permet une cohésion.

Transmettre sans imposer : ne pas cantonner quelqu'un à ses propres opinions. Ne pas transmettre des valeurs comme étant « les valeurs » universelles mais comme étant « des valeurs ».

Education, religion : partage, rassemblement comme division, lien avec l'histoire européenne.

 

Groupe 2:


  • Quelles sont les richesses que nous avions et que nous n'avons plus aujourd’hui en PDL ?

Epuisement des ressources naturelles,

Perte des traditions

Déforestations

Désertification

On cherche moins à préserver la nature, on y fait plus attention dernièrement, en limitant les dégâts. On a perdu le capital naturel.

Avant on avait les capacités naturelles, on les a exploités, et on ne les a plus. Ressources exploitées ; agriculture.

Moins d’artisanat l : des cordonniers, travail du cuir, disparition de certains métiers, des firmes fabriquent plus à la main. Disparition d’un certain savoir.

L’attachement religieux : la France, de forts pratiquants, de moins en moins de pratiquants aujourd’hui (assiduité). C’est une perte de richesse

Moins d’attachement familial : avant on était plus proche de la famille géographiquement, au moins, on n’allait pas vivre à l’opposé de la famille ; on fait en fonction du métier, et on pas de la famille, perte de l’importance de l’influence die la famille, moins d’influence des parent , le rapport des parents :l enfants a changé (famille mono parentales)

Repères et lien perdus

Désindustrialisation par rapport à certaines ressources naturelles existant dans les régions

Les ressources naturelles, l’eau la forêt (déforestation

Désindustrialisation de certaines régions, au bénéfices de certains services : exploitation des mines d’ardoise, même si c’est une évolution, l’industrie, c’est en rapport avec les ressources naturelles.

 

  • Quelles sont les richesses que nous n'avions pas et que nous avons maintenant en PDL ?

Télécommunications pour échanger de l’information

Une nouvelle forme de culture, multi-culturelle, restos divers

Nouvelles technologies

Nivaux de vie augmentés : Progrès dans la médecine, l’habitat qui s’est amélioré, les salaires ont augmentés+, plus d’étudiants qui étudient plus longtemps. qualité de vie grace aux soins, moins de maladie

Par rapport au 20ème siècle, après la 2èmpe guerre mondiale

Les technologies de l’information, réseaux d’échange, les aides pour les étudiants, les bourses, plus facile pour les étudiants, plus d’aides pour les logements, aides sociales

Augmentation de la productivité des capacités de production plus élevées, plus d’exportation, tous les produits manufacturés (voitures, les trains, les trams : production des pièces (ordinateurs, maisons (assemblées) – augmentation de la production de la production alimentaire), lié à la mondialisation, commercialisation, plus d’échanges, augmentation des services.

Ouverture sur le monde, plus de voyage, plus de langue, plus d’aides dans la vie quotidienne lorsque difficulté (femmes battues) : plus de production plus d’aides pour facilité la vie

L’électricité, éolienne, énergie propre

Vaccins et médicaments sont considérés comme richesse, avec une nuance avec les médocs qui sont inefficaces ou nocifs (1 / 2)

Disparition des barrières sociales, moins de discrimination, moins de tabous, moins de racisme, disparition de certaines barrières sociales.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Patrimoine culturel, architecture monuments, châteaux, musées (le Louvre) conservation des œuvres d’art

Conserver les activités portuaires avec  Saint-Nazaire

Conservation un maximum d’emplois

Conserver un sens du travail

Qualité de vie que l’on a conservé (biens, soins, …)

Sens des valeurs, Solidarité familiale, Les aides, les entraides,

Les langues traditionnelles (breton)

Les anciens villages

 

  • Qu'est ce qui compte le plus ?

Accès à l’éducation (l’école publique gratuite), à l’information (internet)

La liberté, la solidarité, confort de vie, relation avec les vies, des valeurs (être heureux, libre, solidaire), accès au droit de vote

L’entente sociale, s’il n’y en a pas, ce n’est pas bien, la paix est la condition de l’entente sociale, à l’échelle mondiale, nationale

Solidarité envers tous les demandeurs d’asile, intégrer une nouvelle liberté culturelle, patrimoine

Important de préserver nos droits, accès aux soins et donc à la santé, à la liberté, à la santé, la vie patrimoniale : valeur familiale, les infrastructures publiques (liées à la santé : hôpitaux)

 

  • Qu'est ce qui serait le plus grave de perdre ?

La vie

La liberté d’expression, la véracité de l’information

 

  • Qu'est ce que vous voudriez transmettre à vos générations futures ?

Pour les générations futures, il faut garder le savoir faire, éviter trop de robotisation, il faut essayer de tout transmettre (tout : ce que l’on a dit, l’identité culturelle, le lien social, l’artisanat, le savoir faire, l’expérience)

Les technologies

Le patrimoine, l’héritage, tout ce que l’on avait avant, sur les valeurs

« vivez comme vous voulez, essayez d’être heureux »

« Aime ton prochain » « tends l’autre joue)