Imprimer cette page

GEC Carquefou

Mardi 15 mars 2011, à Carquefou (44),

Débat organisé par la mairie de Carqefou pour son groupe d'éco-citoyens.

 

Profil des participants:

12 habitants de Carquefou, appartenant au groupe éco-citoyens (GEC). Agés entre 30 et 80 ans.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Perte d’activités de pêche locale (civelle entre autres), à cause de la mondialisation, de la pollution.

Perte des qualités navigables de la Loire et des activités de transport fluvial.

Perte de restaurants avec spécialités du bord de Loire.

Perte des petites liaisons ferroviaires.

Moins d’emploi, moins d’argent.

Perte des animations traditionnelles type veillées, balade en calèche, feux de la St Jean, qui font vivre un village, l’esprit du village : perte de l’entente entre voisins.

Perte de savoir-faire, de vieux métiers.

Perte des qualités auditives à cause de la pollution sonore.

Perte de solidarité : avant, le mendiant avait sa place dans la société. Aujourd’hui, on est de moins en moins capable d’aider les autres, moins d’engagement humain sans contrepartie (bénévolat). « Chacun pour soi, Dieu pour tous ». Par ailleurs, les pratiques de partage des récoltes pour éviter le gâchis sont moins régulières.

Perte de l’entraide sur les périodes de récoltes agraires.

Moins d’égalité vis-à-vis de l’Economie. Néanmoins, le groupe souligne ici qu’il se peut qu’il y ait plus d’inégalités économiques mais qu’il y ait également un changement dans les perceptions : avant, on pouvait vivre bien avec peu ; maintenant non, car nos besoins, pour se sentir bien, ont évolué et nécessitent plus d’argent.

Perte de l’ouverture sur les autres, notamment à cause des nouvelles technologies type MP3 avec lesquelles les personnes se renferment sur elles, ne communiquent plus.

Perte de la qualité de la communication : nous sommes de plus en plus informés mais pourtant de plus en plus de personnes vivent seules : le lien social, le contact direct sont perdus. Perte de l’utilisation du dictionnaire papier qui permettait à plusieurs personnes d’échanger.

« La vie a changé »

Perte d’homogénéité du territoire : plus de grosses villes, moins de villages = zones surpeuplées VS zones désertées (la Sarthe et le nord mayennais se dépeuplent alors que la Loire-Atlantique et la Vendée accueillent de plus en plus d’habitants).

Perte plus ou moins importante des foires, marchés et commerces de proximité au bénéfice des supermarchés. Par la diminution de ces évènements, on a perdu des lieux de rencontres, d’échanges sur les ressources locales, des lieux permettant la communication directe. Plus tard, le groupe abordera le développement important de zones commerciales : perçues d’abord comme une avancée, elles sont tout de même trop nombreuses et ne vendent parfois que du rêve pour les habitants qui n’ont pas les moyens de dépenser dans le superflu. Enfin, ces « grosses machines » peuvent parfois « écraser les agricultures locales » en cautionnant un système basé sur la spéculation.

Perte du « bon sens près de chez soi. »

« On n’a plus de temps de vivre : stressés au boulot, même pendant les vacances on est débordé. »

Moins d’optimisme, de rêves.

Perte de végétaux, tant en quantité qu’en diversité (exemple Fritillaire pintade).

Perte de la plage à Thouaré.

« Perte » de l’équipe de foot de Nantes.

Perte de médecins en campagne : les reprises de cabinets sont difficiles.

Déshumanisation des services publics.

Perte de cohérence entre les différentes politiques publiques.

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Diversité des activités, des sorties possibles : développement des activités culturelles, sportives ; amélioration de leurs accès.

Accès à la formation plus développé. Par ce biais, nous avons acquis des domaines d’excellence (Polytec, bois avec ENSTIB, médical). Ces établissements de formation structurent les filières et permettent un investissement local en terme de matière grise et de création d’emplois, tout en accueillant des jeunes de toute la France (diversité engendrée).

Développement de la recherche et de l’innovation.

Amélioration du transport : infrastructures bien développées, avec les autoroutes, le TGV.

Plus d’habitants (notamment sur littoral) = plus de mixité sociale.

Plus de zones commerciales : le groupe s’interroge sur le fait que ce soit une richesse (cf. ci-dessus).

Plus de sécurité : les transports en commun desservent plus de zones et plus tard, plus de réglementations.

Plus d’hygiène avec la législation qui rend obligatoire les installations de WC, douche, électricité. Ceci ayant également participé à l’amélioration du confort dans le logement.

Plus de confort avec la technologie : lave-vaisselle, lave-linge.

Plus de démarches écologiques.

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

L’éducation

Une grande partie de la Nature ; « c’est encore bien vert ».

Répartition géographique des activités économiques.

Gastronomie (beurre blanc, vins, etc.).

Patrimoines historiques « vieilles pierres », culturels et économiques (liés aux anciennes productions): ces patrimoines sont de vrais repères pour les habitants et les touristes.

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

Accès aux soins

Le sens de la famille

Respect de l’environnement et de l’eau

Solidarité

Apprendre à se satisfaire de ce qu’on a, ne pas toujours vouloir plus

Emploi

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Le Bonheur

Savoir vivre ensemble, l’intérêt d’échanger, le sens relationnel, s’intéresser à la vie collective, celle des autres, la vie associative = Solidarité

L’emploi

« Les valeurs humaines de base » : Respect (des Hommes et de la Nature), Partage

Apprendre la patience, la tolérance (être moins exigeant)

Accepter ses droits mais aussi ses devoirs : citoyenneté

« Vivre ici et maintenant » : consommation adaptée aux productions locales, productions qu’il faut maintenir

Le droit de se tromper et de rebondir

 

Les grands thèmes de richesses qui ressortent des débats

Solidarité, échanges, entraide

Emploi : vers une place pour chacun dans la société et des épanouissements personnels ?

Fonctions de base d’un être vivant : bien manger, se soigner, protéger son environnement