Imprimer cette page

Forum pour d'Autres Indicateurs de Richesses

Forum pour d'Autres Indicateurs de Richesse (FAIR)

Pour en savoir plus et accéder aux productions de FAIR : http://www.idies.org/index.php?q=FAIR

Résumé

Offrir une vision renouvelée de la richesse ou du développement humain durable, tel est l'objectif qu'ambitionnent d'atteindre les réseaux de la société civile qui ont créé le collectif FAIR : Forum pour d’autres indicateurs de richesse.

Pour trouver des solutions aux grands problèmes sociaux, environnementaux et démocratiques qui se posent aujourd’hui, il faut, parmi bien d’autres choses, changer notre regard sur la richesse et sur sa mesure, et aller au-delà des indicateurs économiques usuels – comme le produit intérieur brut et la croissance économique. Mais ce travail nécessaire est-il seulement une affaire d’experts ?

Depuis des années, notamment en France, des réseaux de la société civile, militants associatifs et syndicaux, des acteurs des territoires et des chercheurs de plusieurs disciplines, travaillent cette question. Ils ont produit des réflexions de fond, commencé à mettre des indicateurs au service d’une réorientation de politiques publiques et de décisions privées. Ils se sont regroupés dans un réseau de coopération baptisé FAIR, Forum pour d’autres indicateurs de richesse.

 

Le Forum pour d'Autres Indicateurs de Richesse est un collectif citoyen, dont l'objet initial a été de créer une interface entre la "Commission de la mesure de la performance économique et du progrès social"1, et des groupes travaillant depuis de nombreuses années dans la recherche et sur le terrain sur la question des nouveaux indicateurs de richesse.

Plus largement FAIR a pour vocation de prendre position dans le débat démocratique, et de contribuer activement à la construction d'un rapport de force citoyen pour la redéfinition des indicateurs de pilotage de notre société.

 

Le Forum s'inscrit ainsi dans une logique visant à passer de la "société du beaucoup avoir pour quelques-uns", à une "société du bien-vivre pour tous, ensemble, dans un monde préservé et partagé" ; c'est-à-dire à adhérer, dès aujourd'hui et pour demain, aux exigences radicales du développement durable2.

FAIR est pluriel et ouvert à la diversité des approches et des conceptions de la richesse et de sa mesure. Ce qui rapproche tous les membres, c'est :

Le fait de se situer à l'articulation de trois rapports fondateurs, tous traversés par la question de la définition de la richesse et du rapport à la valeur ("force de vie"), à savoir :

Le rapport entre l'écologie, l'économique, le social et l'enjeu démocratique

Le rapport entre la transformation radicale de notre modèle de développement, et les démarches de transition qui permettront d'y parvenir

Le rapport entre l'expertise des savoirs académiques (scientifiques, techniques, …) et l'expertise de l'expérience et du vécu

Le fait de retenir trois principes d'action :

  • Le premier relève de "l’éthique". La recherche d'autres indicateurs tient à la volonté de fonder un autre projet de société, dont le guidage ne relèvera plus des seules priorités de l'économie marchande et monétaire.

  • Le second relève du "politique". Il n'est pas pensable de confier à des seuls d'experts (qui plus est à des seuls économistes) le soin de définir quelles sont les contours et les finalités du nouveau projet à dessiner. La participation de l'ensemble des parties prenantes de la société, la délibération politique (au sens littéral) sont indispensables pour formuler les ambitions et arbitrer les choix.

  • Le troisième consiste à porter l'idée qu'il faut lier l'approche nationale/internationale et des expérimentations dans les territoires. Le rassemblement au sein de FAIR existe aussi parce que ses membres avaient des expériences à partager sur la construction d'indicateurs au plus près du terrain.

 

Le rendu du rapport de la Commission Stiglitz en septembre 2009 aurait pu signifier la fin des travaux de FAIR, dont la mission d'interface a été remplie. Mais l'enjeu des nouveaux indicateurs dépasse largement cet évènement conjoncturel ; et les attentes dans les réseaux et les territoires sont trop nombreuses pour adhérer à l'idée de s'arrêter là.

En effet, environ vingt mois après sa mise en place, force est de constater que FAIR a généré une mise en réseau inédite entre des chercheurs, des syndicats, des réseaux de collectivités, des réseaux associatifs, des acteurs de terrain, … qui se connaissaient peu. Ses travaux ont révélé l'existence d'une grande diversité de compétences pour l'analyse et l'initiative dans le domaine des nouveaux indicateurs. Le collectif a contribué à mettre en lumière et à donner écho à une forte demande sociale concernant le débat sur le renouvellement de notre modèle de développement, et sur les nouveaux indicateurs s'y afférant.

A travers les rassemblements mis en œuvre3, la rédaction de documents de fond et la mise en valeur des initiatives4, la participation de ses membres à de nombreuses conférences et autres manifestations en France, et parfois à l'étranger, il a été démontré que l'existence de FAIR correspondait bien à la prise en charge d'un rôle de médiation inédit.

 

Le Forum entend donc poursuivre son action autour de quatre types d'interventions :

Mettre en lien et capitaliser les initiatives des réseaux, des institutions et des territoires pour la mise en œuvre de nouveaux indicateurs ;

Contribuer, par l'organisation directe d'évènements partenariaux et par la participation à des rencontres diverses, à l'invention d'un modèle de gouvernance et de ses indicateurs, à l’échelle des enjeux sociétaux et démocratiques ;

Intervenir auprès des instances nationales pour faire évoluer le système de calcul de la richesse

S'associer activement, et dans une vision de cohérence internationale, à l'expérimentation nationale et dans les territoires.

Toutes les personnes et les groupes sociaux se reconnaissant dans les fondamentaux et les orientations prises par le Forum sont les bienvenus pour se joindre aux travaux.

Octobre 2009

 

Quelques membres animateurs du collectif FAIR : André ABREU, Hélène COMBE, Arnaud DUCREST, Jean GADREY, Jean FABRE, Florence JANY-CATRICE, Dominique MEDA, Danielle MITTERRAND, Patrick VIVERET, …

 

Pour en savoir plus et accéder aux productions de FAIR : http://www.idies.org/index.php?q=FAIR

1 Dite "Commission Stiglitz", du nom de son président Joseph STIGLITZ, prix Nobel d'économie 2001. Elle a été mise en place en février 2008 en France par le Président de la République, et a rendu son rapport le 14 septembre 2009.

2 "Le développement durable vise l'harmonie entre les humains, et l'harmonie entre les humains et la nature". Commission mondiale du développement durable, 1988

3 Ex. Forum à l'Assemblée nationale en 2008, Forum du 30 mars 2009 au Conseil économique, social et environnemental (CESE)

4 Ex. Cahiers FAIR d'avril 2008, Manifeste, note explicative du contenu du rapport de la Commission Stiglitz, note de réaction au rapport de la Commission Stiglitz, …