Duplicate entry '976537' for key 'PRIMARY'Duplicate entry '976538' for key 'PRIMARY'Duplicate entry '976539' for key 'PRIMARY'Duplicate entry '976540' for key 'PRIMARY'Duplicate entry '976541' for key 'PRIMARY'Duplicate entry '976542' for key 'PRIMARY'Duplicate entry '976543' for key 'PRIMARY'Duplicate entry '976544' for key 'PRIMARY'Duplicate entry '976545' for key 'PRIMARY'

Imprimer cette page

ENA: epargne Nette Ajustée

L’Epargne Nette Ajustée (ENA), conçue par la Banque Mondiale en 1998/1999, pourrait nous laisser penser qu’elle parle de développement durable, puisqu’elle vise à associer des éléments relevant du social, de l’économie et de l’environnement. Mais son approche exclusivement monétaire et le contenu réducteur des données analysées la situent à un autre niveau. Elle vise, en fait, à calculer les ressources financières disponibles au sein d’une économie à l’issue d’un cycle de production et de consommation. De façon simplifiée, on peut dire que l’ENA tente la synthèse entre :

- un capital environnemental (calculé à partir des atteintes à l’environnement, qui sont évaluées à travers la réduction des stocks d’énergie, de minerais, de forêts, et à travers les dommages générés par les émissions de CO2),

- un capital humain (observé via les montants financiers accordés à l’éducation),

- un capital économique (coûts de la production, moins ceux de la consommation).

 

Outre son aspect seulement monétaire, plusieurs limites apparaissent pour l'ENA, notamment :

- l'éducation n'est abordée qu'à partir de ses coûts et non pas de ces impacts au sein de la société,

- le système de calcul ne permet pas de mesurer l'amélioration ou non du patrimoine total, puisqu'il pondère entre les trois patrimoines. (Ex. peu de moyens accordés à l'éducation peut être "compensé" par beaucoup de coûts de production, et faire apparaître une ENA positive).