Imprimer cette page

Débat Privé

Dimanche 20 février 2011, à la Montagne (44),

Débat privé, dans un cadre amical.

Profil des participants:

2 personnes: un professeur des écoles et un ingénieur.

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Perte de qualité de l’environnement naturel. Par exemple, la qualité de l’eau en Loire, je me baignais quand j’étais jeune et je ne le ferais plus aujourd’hui.
Perte de qualité de l’air ? Industries chimiques plus nombreuses.
Estuaire de la Loire classé SEVESO.
Constat cependant d’une reprise en main et prise de conscience ces dernières années : constructions pertinentes, logements sociaux HQE, une nouvelle station d’épuration à La Montage, mise en place de déchetteries.

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Offre, diversité et dynamisme culturel accessible au plus grand nombre.
Amélioration des transports en commun (tram, bus way…) bien qu’insuffisant.
Aménagement des espaces collectifs avec une partie importante laissée à la nature : maintien d’un cadre agréable à Nantes, chemins en campagne, côte océane, quartiers de ville…

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Diversité environnementale de la région (mer, rivières, villes, campagne, forêts…).
Dynamisme qui peut attirer même au niveau du travail (essentiellement en Loire-Atlantique)

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

Préserver la liberté d’expression (minorités) au niveau politique, religieux. Liberté de pensée et d’expression.
Remettre l’humain au cœur de la vie : tout ce qui est pensé et mis en place doit se faire avec le souci de valoriser l’être humain dans toute sa diversité et non le seul profit (de quelques-uns au détriment des autres). Satisfaire au besoin élémentaire du plus grand nombre. Ii faudrait à terme que les écarts soient réduits considérablement. Il faudrait que les précarités disparaissent, que les richesses ne soient plus indécentes, que le profit de quelques uns ne soit plus le moteur de l’entreprise humaine.
Respect de l’être humain et de la nature.

  • Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

De voir la dimension humaine disparaître au profit d’une accumulation de richesse.
Liberté de pensée.
Nature respectée, qui peut nourrir et faire juste et équitable.

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Respect de l’être humain au  cœur de toutes les réflexions.
Ne plus raisonner en termes de profit mais en terme de besoin au service de l’entreprise humaine.


Les grands thèmes de richesses qui ressortent des débats (pour aujourd’hui, pour demain) :

Mettre l’humain au cœur de toutes les réflexions.
Raisonner en terme de besoin, c'est-à-dire produire pour des besoins  (raisonnés et raisonnables) et non pour des profits.