Imprimer cette page

DAFPIC Education Nationale

Mercredi 6 avril 2011, à Nantes

Débat organisé par le DAFPIC (Rectorat de Nantes) pour ses salariés.


Profil des participants:

21 personnes réparties en 3 groupes de discussion. Salariés de l'Education Nationale (Rectorat de Nantes). Entre 25ans et 60ans.


Groupe 1 :

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Le lien social, la proximité (relations de voisinage, relations sociales…)
Les commerces et services de proximité (postes, hôpitaux…)
La qualité des produits (alimentation : fruits, légumes…)
La longévité et  la qualité des produits manufacturés
L’accès à la propriété (devenu plus difficile)
Le jeu à la nantaise
L’industrie agroalimentaire sous contrôle français
Les éléments architecturaux : le pont transbordeur
La Venise de l’Ouest avec le comblement des bras de la Loire à Nantes
L’activité portuaire de Nantes
Les villes à taille humaine
Les  voies ferrées (de nombreuses voies ont été fermées)
Les pêcheries sur la côte atlantique
Les civelles

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Les voies de communication : réseau de transports en commun, réseau routier
La politique de la ville : les décisions ne sont plus prises au coup par coup, plus d’anticipation
Les aménagements urbains : pistes cyclables
La diversité culturelle : loisirs, arts, immigration
Les modalités de transport : navibus, autoroute de la mer
Les temps de transport réduits
Le dispositif de formation (initiale et continue)
L’accès à l’information et aux moyens de communication
Le niveau de confort de l’habitat
Le tourisme
Les aménagements liés aux activités de loisirs (bords de Loire, parcs)

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Les productions locales : muguet, mâche, productions maraîchères, vins
Certaines productions industrielles : chantiers navals, aéronautique
Qualité de vie : espaces verts, diversité des paysages, qualité de l’eau de baignade, rivages relativement préservés
Le passage du Gois

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

La protection sociale : accès aux soins, proximité des services
Le lien social
Le sourire des enfants
La préservation de l’environnement
L’accès à l’éducation et à la formation tout au long de la vie
La diversité culturelle
La répartition équitable des richesses
Les liens intergénérationnels
Le respect des autres
Le respect des lois
La citoyenneté
Le droit d’expression
L’épanouissement personnel des individus en tant que salarié, citoyens, hommes, femmes…

  • Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

La démocratie
La liberté : de penser, de s’exprimer, de circuler
L’accès à la santé, à l’éducation
L’accès à l’eau potable
L’accès libre à certains lieux : plages, lieux de promenades
La qualité du cadre de vie : environnement
L’intérêt pour l’autre
Les amis, les relations
Le temps libre
La joie de vivre
Les droits à la retraite

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Le sens des valeurs : respect des autres
Le sens du bien commun
Le travail en équipe, la collaboration
Une nouvelle manière de consommer prenant plus en compte la dimension environnementale et sociale
La gastronomie française

 

Groupe 2:

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Nous avons au fil du temps abandonner l’utilisation de notre réseau fluvial pour assurer les transports des personnes, des denrées alimentaires, … avec cet abandon, nous avons perdu un certain savoir faire. De même, pour l’activité portuaire, par exemple à Saint Nazaire où ne subsiste principalement que la construction navale.
Nous avons perdu aussi un savoir à utiliser l’énergie éolien et hydraulique.
Les décideurs des productions ne sont plus présents auprès des lieux de production si bien qu’ils ne s’intéressent pas aux priorités locales liées à l’environnement, au social,….

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Les Progrès de la Médecine, l’accès à l’éducation et à la formation qui encourage notre capacité à innover, le maillage des communications (ferroviaire et autoroutier) qui facilite les liaisons rapides internes et externes.
L’accès à la Culture et aux Arts et la mise en valeur du patrimoine par la préservation.

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Notre territoire comme une terre d’accueil notre savoir faire dans la construction (industrielle et nautique) et notre tissu industriel en comparaison avec d’autres régions.

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

Le sens de la solidarité, du respect et de la loyauté : le savoir vivre en collectivité.
L’équilibre entre vie privée (famille, loisirs, vie associative) et travail afin de faciliter l’épanouissement de chacun.

  • Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

Perte de la Qualité de Vie due à des développements uniquement économiques sans prise en compte en amont de l’impact sur la Santé et sur l’environnement
Perte d’autonomie liée à la mobilité. Difficultés d’accès au logement pour tous qui entraine une perte d’intégration.

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Le respect de l’autre, les valeurs humaines et culturelles et surtout transmettre un territoire où il fait bon vivre par sa préservation et sa biodiversité.

Groupe 3:

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Des Carrières (charbon, ardoise …)
Des patois suivant les bassins (tradition culturelle)
La gaité, la joie de vivre (alors que l’on vit dans un pays béni des dieux !)
Des rencontres à vocation sociale (veillée avec les voisins..)
Le temps
Le savoir faire des petits métiers et leur reconnaissance sociale
Les valeurs : savoir vivre, savoir être, le respect de l’autre, le civisme)
Certaines espèces faune et flore suite à la pollution
Le lien fondateur « monde financier/produit fini lequel avait un premier objectif d’utilité sociale, (il existe aujourd’hui un décalage entre l’économie réelle et l’économie virtuelle)

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Des infrastructures qui permettent de s’ouvrir vers l’extérieur, sur le monde.
Un modernisme, un désenclavement, une accessibilité
Un outillage qui permet moins d’effort avec plus de productivité
Plus de tolérance envers les autres (handicapés, autres religions, étrangers)
Des instituts de recherche
Un réseau médical de qualité
Une espérance de vie supérieure
Un bel outil d’enseignement
Une plus grande sécurité au travail
Une recherche de l’égalité homme femme

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Un patrimoine : la Loire (entretenue, pas saccagé par les constructions…)
Les chantiers navals de St Nazaire
Une protection du littoral avec une règlementation spécifique
Une image du bien vivre en Pays de la Loire
Les produits locaux
La valeur de la famille

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

La santé pour nos êtres les plus chers et nous même
La paix
Avoir des choix au niveau alimentaire
Le travail et surtout un travail qui plaît
Avoir une raison de vivre (projet personnel, projet professionnel, enfants,…)

  • Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

La santé
La sécurité sociale
La retraite
Le plaisir au travail
Le droit à l’erreur
Le sens des choses (justice, droit du travail)
L’eau

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Une nature préservée (environnement de qualité)
Les valeurs synonymes de richesses culturelles et morales (respect, convivialité, sens de l’innovation, la créativité, la joie de vivre)
Le patrimoine
La possibilité de choisir plutôt que de subir