Imprimer cette page

APESS 53

Mercredi 11 mai 2011, à Mayenne (53),

Débat organisé par l'APESS 53 et Conseil de développement de Haute Mayenne,

 

Profil des participants:

8 membres du conseil de développement de Haute Mayenne, âgés entre 25 et 70 ans.

Y participaient entre autres : Christian Quinton, Jean-Claude Louarn, Katy Héteau, Céline Martin, Jean-Claude Maignan

 

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Mutualisme et coopération

Peuplement des campagnes,

Difficulté des paysans à trouver des compagnes

Famille unie

Respect de la juste place des gens et des choses

Des idéaux

Chanter ensemble (repas de famille, lieu de travail), lien social et sens de la fête

Relations humaines plus fortes, plus grande concentration des familles sur un territoire

Solidarité, entraide, Générosité

Plus de temps pour vivre

Proximité des gens et économique, service public, services de santé

Emplois, compétences

Transmission de la culture locale de base, Tradition culinaire transmise

Réseau hydraulique et quantité d’eau

Climat sans évènements excessifs

Agriculture autonome et adaptée à son territoire (espèces et races locales)

Harmonie architecturale

Train Laval Mayenne

Alimentation de qualité

Paysages, Haies

Concentration trop importante dans les  agglomérations

 

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Equipements matériels (téléphone, communication)

Infrastructures culturelles et sportives, routières et autoroutières

Circulation et accès à l’information

Faciliter à rentrer en contact –Internet

Possibilité de suivre des études longues

Sécurité relative

Pauvreté confortable (illusion de richesse)

Démocratisation

Accès à la santé et à l’éducation

Prise de conscience de la fragilité de  l’environnement

Travail moins et moins durement

Une plus grande longévité en bonne santé avec meilleure qualité de vie

Amélioration de la situation des femmes (accès à la maternité choisie, l’éducation, la culture, la politique)

Possibilité de choisir notre vie

Qualité du logement

 

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Les recettes familiales

Proximité humaine

Amélioration de certains liens familiaux

Le sens de la vie (contact nature, etc)

L’attention a l’autre et identité personnelle présente en campagne plus que dans la ville

Vie associative  et vivre ensemble encore vivant et dynamique

Certains degrés de conservation du territoire

Solidarité par rapport à la maladie, au chômage et à la vieillesse

La laïcité et la liberté d’opinion

Artisanat et petit commerce, un hôpital

Relations de voisinage plutôt meilleur

Scolarité et formation continue

Accès élargi à la culture

 

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

L’élan collectif de survie, le sens de la vie

L’intégrité des êtres

Capacité de vivre en société, en gardant un sens civique et le respect des uns et des autres

Relations humaines, bienveillance, solidarité, la qualité des échanges

Favoriser le vivre ensemble où chacun a sa place, la vraie conscience citoyenne

Conscience de la juste place de l’humain dans son milieu naturel

Laisser le territoire en bon état en préservant les ressources, transmettre un environnement viable

Justice économique au niveau international

Le partage des richesses équitables

La proximité des services

 

  • Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

La santé, la VIE

L’accès à l’eau et l’alimentation saine

La liberté, citoyenneté, la démocratie

Notre identité culturelle

La proximité des décideurs avec le terrain

Solidarité

Un environnement de qualité (nature)

La confiance en soi et dans ses proches

Autonomie financière par rapport à ses enfants

La famille (le couple, les enfants, les petits-enfants, la relation avec les grands-parents)

La continuité dans l’activité (emploi)

Service à la personne de qualité

 

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

La paix, l’entraide, le respect des autres

La prospérité

Le sens de la lutte

La capacité à imaginer, l’inventivité, l’espoir

La culture, la beauté

Le goût de vivre dans la région en la rendant attractive

Plus de réalités aux générations futures pour éviter le trop de virtualité

Lutter contre l’individualisme

Gérer la terre en bon père de famille

Vision humaniste de l’ensemble de la planète

Possibilité de l’épanouissement de chacun

Nature sauvegardée

Solidarité intergénérationnelle mondiale

Démocratie

Souci d’une meilleure répartition des richesses

Le meilleur de ce que l’on a reçu

Le bon sens et la raison, la clairvoyance

L’envie et la capacité d’être heureux avec peu

Le courage de faire et de dire

Transmettre une nature pas trop abîmée

 

Les grands thèmes de richesses qui ressortent des débats (pour aujourd’hui, pour demain) :

Dimension bien supérieure de la richesse à laquelle elle est réduite au niveau matériel, parce qu’on a déjà un certain confort et que l’on sait se contenter de ce que l’on a.

Etre capable de vivre ensemble.

Replacer l’humain au centre des débats.

Liberté, égalité, fraternité