Imprimer cette page

APESS 53

Mardi 29 mars 2011, à Changé (53),

Débat organisé par l'APESS 53.

 

Profil des participants:

8 membres de la commission économie sociale et solidaire du conseil de développement de l'agglomération de Laval. Participants âgées de 35 à 60 ans.

Ont participé, entre autres : Catherine LESOUDER,  Louis NELAN, Sylvie KOBDIGUÉ et Elisabeth GAC.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Solidarité intergénérationnelle

Engagement citoyen (action moins pour le bien commun que dans une logique individuelle)

La notion du temps : on court toujours, moins de temps pour soi et pour les autres

La convivialité (apparition de la télévision)

La ruralité : désertification des campagnes et transformation en dortoir des périphéries d’agglomération.

Disparition des petites exploitations agricoles au profit des grosses

Non respect de la préservation du littoral

Disparition d’un certain type d’industrie (électronique, textile, mines)

Disparition d’un réseau rural de santé, des commerces et des services publics de proximité.

Présence de producteurs locaux sur le marché

 

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Enseignement supérieur

Plus de filières de formation à proximité, et modalités différentes (alternance…)

Facilité pour passer d’une filière de formation à une autre.

Développement des réseaux de transport

Développement de l’industrie du tourisme

Apparition et accès à différentes technologies

Plus de structures de santé qu’il y a trente ans.

Développement de grosses métropoles (Nantes/Angers)

Potentiel de bassin d’emploi

Prise en charge considérable de la jeunesse (petite enfance, associations sportives, etc…)

Rapport au travail différent depuis les 35h : engagement professionnel différent, plus de gestion du temps : changement de l’état d’esprit.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Certaine qualité et cadre de vie et environnement (espaces naturels, culture)

Patrimoine culturel et naturel (faune et flore)varié et mise en valeur de ce patrimoine

Niveau de vie intéressant pour un maximum de personnes qui permet d’accéder à un nombre important de services et loisirs.

Le lien social et l’entraide (réseau associatif dense, nombre de bénévoles important)

Valeurs familiales

 

  • Qu’est-ce qui compte le plus ?

Equilibre de vie professionnel et personnel

Engagement citoyen

Autonomie financière et physique de la personne

Accès aux études et réussite professionnelle des femmes

Prise  de conscience de l’importance de vivre le développement durable

Entraide intergénérationnelle

Prise en compte du vieillissement de la population

Les grandes écoles si il y a des issues d’embauche dans la région à la sortie de celles-ci.

Etre heureux, en bonne santé et vivre ensemble

Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

Le sens de l’humour

La politique de santé

Les acquis sociaux

L’autonomie et les facultés de chaque individu

La petite agriculture

Le réseau de transport

Baisse de la population active

Les terres agricoles

 

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Continuité des actions de développement durable pour assurer l’avenir des générations futures

Entraide intergénérationnelle

Solidarité – Partage

Le travail bien fait, travailleurs consciencieux

Société respectueuse de l’environnement et des autres (contre l’égoïsme)

Les libertés acquises, transmises

Notion d’engagement gratuit, bénévole et citoyen

Un cadre de vie durable

La nécessité de l’effort

Liberté- égalité - fraternité

 

Les grands thèmes de richesses qui ressortent des débats (pour aujourd’hui, pour demain) :

Le plus gros de notre richesse n’est pas matériel.

Responsabilité individuelle mais décision collective.