Imprimer cette page

Amicale Laïque

Samedi 23 avril 2011, à La Montagne (44),

Débat organisé par l'Amicale Laïque de la Montagne, lors d'un café citoyen.


Profil des participants:

6 personnes (4 hommes et 2femmes), principalement des bénévoles et militants, âgés en moyenne de 55ans.

 

  • Quelles sont les richesses que nous avions, et que nous n’avons plus aujourd’hui en Pays de la Loire ?

Nous avons perdu la diversité biologique de la LOIRE. Certaines espèces (anguilles, civelles…) ne sont accessibles qu’aux riches, alors qu’auparavant, ils étaient servis dans des menus ouvriers.

Nous avons perdu le « goût » de la lutte collective.

Nous regrettons la disparition de la convivialité, le savoir vivre-ensemble, les commerces et services de proximité, ...

Nous avons perdu la notion du temps d’où l’expression « le temps c’est de l’argent ».

Nous avons perdu le sens critique.

  • Quelles sont les richesses que nous avons et que nous n’avions pas hier en Pays de la Loire ?

Nous avons un meilleur confort matériel, meilleures conditions de logement (salubres, confortables, ...)

Les conditions de travail physique sont moins pénibles, et plus sécuritaires (exemple des ateliers de couture dans le Choletais)

Le travail des femmes et les conditions d’existence des femmes ont été considérablement enrichis

Nous avons une meilleure espérance de vie, et un meilleur service de santé (accès aux soins).

Nous avons acquis des facilités pour se déplacer.

Un accès à la culture plus facile, une éducation plus accessible.

  • Quelles sont les richesses que nous avons préservées ?

Le système de sécurité sociale a été préservé.

Qu’est-ce qui compte le plus ?

Le développement de l’esprit critique, et de l’éducation populaire.

La démocratie et la création de lien social entre les habitants

La justice sociale, l’emploi pour tous et la protection de l’environnement

  • Qu’est-ce qui serait le plus grave de perdre ?

La République, le bénévolat.

La protection sociale, les services publics et les actions d’intérêts collectives

Le savoir faire par rapport aux ressources industrielles

  • Quelles richesses voulons-nous transmettre aux générations émergentes et futures ?

Nous voudrions transmettre une justice sociale, une protection sociale et solidaire. Nous voudrions transmettre une économie distributive par opposition à l’économie de marché : « L’être avant l’avoir ».

Nous voudrions transmettre une éducation et une culture pour tous.